Non affilié à Tesla1 mai 2024

Model S : 20 000 km plus tard, quel est le verdict du propriétaire ?

Voyage au cœur de la Model S : consommation, confort et avis après 20,000 km

Après 8 mois d’utilisation et un peu plus de 20 000 km, Rénald, membre de l’équipe BlogTesla nous dresse un premier bilan de l’utilisation de sa Tesla Model S 2023 en partageant son expérience complète, en plongeant dans les méandres de la consommation énergétique, en explorant le confort de conduite, et comparant avec finesse les nuances entre la Model S et la Model 3. Prêt à découvrir si la première impression a résisté à l’épreuve du temps ?

Quelle ligne !

La Model S est pour moi (et pour les nombreuses personnes avec qui j’en parle) la Tesla qui a la plus belle ligne. Ses proportions sont très harmonieuses, elle semble rivée au sol, c’est un mélange d’agressivité et de pureté qui fait mouche ! J’adore ses ailes bien bombées.

A mon avis, on ne peut se passer des Arachnid 21 pouces sur cette Model S nouvelle génération, même si c’est un beau billet en plus. Elles sont indispensables pour l’harmonie visuelle de l’ensemble.

Photo : Rénald pour BlogTesla

Photo : Rénald pour BlogTesla

 

Parfois un peu encombrante en ville :

Alors oui, elle est belle cette Model S, elle fait tourner les têtes… d’autant plus en centre-ville car vous roulerez à allure modérée pour éviter de cogner vos belles jantes sur les trottoirs. Pareil dans les parkings sous-terrains : méfiance !

Ses proportions et son rayon de braquage ne sont pas à son avantage. J’ai d’ailleurs pris l’habitude de faire un petit repérage préalable (internet ou piéton) des parkings dans lesquels j’envisage de me garer. Mais avec un peu de précautions, je vous rassure, il est tout à fait possible de garder votre S en bon état !

Merci les caméras et les rétros qui s’orientent vers le bas en marche arrière. Dans mon cas, mes jantes et ma carrosserie sont toujours impeccables après 20 000 km.

Une vraie grande routière…

Vous l’aurez compris, le terrain de jeu d’une S, ce ne sont pas les centres-villes ! Il faut tailler la route pour qu’elle exprime pleinement son potentiel. Ça tombe bien car c’est l’utilisation que j’en fais principalement : du périurbain au quotidien sur voies rapides et pas mal de trajets en France et les pays voisins pour mon travail et les vacances en famille.

La tenue de cap est imperturbable, le confort est d’excellent niveau grâce aux sièges et à la suspension pneumatique, et le silence au rendez-vous. Sur autoroute dégagée, l’Autopilot avancé fait des merveilles et les kilomètres défilent en toute quiétude. On peut rouler de longues heures et arriver frais à destination, c’est très agréable de voyager dans cette auto.

La batterie de grande capacité de la Model S et sa grande efficience autorisent facilement des intervalles de 350 à 400km entre superchargeurs à vitesse autoroutière. La courbe de recharge favorable (250 kW en pic) finit d’enfoncer le clou pour confirmer que la Model S est vraiment une machine à voyager. Nous avons par exemple rallié Alicante depuis Lyon cet été en 3 recharges (Narbonne, Cambril, Valencia) pour un peu plus de 1150 km.

Image

… mais ce n’est pas une sportive

Avec ses 4 roues motrices, ses suspensions pilotées et sa puissance, l’auto dispose évidemment d’un potentiel sportif très au-dessus de la moyenne. Elle enroule bien les virages, les réactions sont saines au transfert de masse, mais le poids de 2068 kg se fait cruellement ressentir.

Les chevaux sont bien au rendez-vous ! J’ai enregistré 545 kW (740 ch) sur mon Teslamate, sans même activer la fonction Dragrace (que je n’ai d’ailleurs jamais essayé, et qui doit sûrement permettre d’atteindre les 3,2 secondes annoncées pour le 0-100).

Cependant on ressent à pleine charge (en mode inouï) qu’on tutoie les limites d’adhérence du véhicule, ce qui n’invite pas trop à prolonger l’exercice. Peut-être une histoire de pression de gonflage pas optimale, ou de répartition de puissance AV/AR (50-50 sur cette version, alors que personnellement de préfèrerai en avoir un peu plus sur l’arrière).

Image

En conduite sportive, ma précédente Model 3 Performance était sans aucun doute plus efficace et agréable à mener. La Model S est moins vive et plus feutrée, c’est plus l’esprit « GT » (oui je sais, pour les puristes, une GT çà a 2 portes).

Une efficience incroyable pour son gabarit :

J’en ai déjà parlé sur ce fil : ce qui m’impressionne le plus sur cette auto, c’est sa consommation.
Ma conso moyenne de printemps/été, sur 15 000 km, s’établit à 177 Wh/km ! Depuis la chute des températures et le montage de mes pneus hiver, c’est en moyenne 186 Wh/km.

Consommation Model S sur les 15 000 premiers km

Consommation Model S sur les 15 000 premiers km

La moyenne annuelle devrait donc s’établir aux alentours de 180 Wh/km : je consomme 5% de moins qu’avec ma précédente Model 3 ! Et pourtant l’auto est d’un tout autre gabarit. C’est dire la progression qu’il y a eu entre début 2020 et 2023.

Image

Encore quelques trucs qui fâchent à ce niveau de gamme :

Côté agrément de conduite et autonomie, aucun doute que la Model S joue en tête de peloton des grandes routières à électrons. En revanche, quelques détails font encore râler quand on parle d’une auto de cette gamme.

Ainsi, l’intérieur a fait un grand bond en avant en modernité, mais on retrouve toujours quelques approximations d’assemblage de mobilier, qui parfois peuvent générer des bruits au roulage. Je trouve aussi que les boutons d’ouverture des portières (tactiles) manquent de réactivité.

Et puis la boite à gants… comment dire… mieux vaut éviter de trop la manipuler : plastique dur et bruit peu engageant à la fermeture.

Dernier point pour l’intérieur: les sièges sont de belle facture avec leur cuir perforé. En revanche j’ai un petit doute sur la tenue dans le temps. Chez moi après 20 000 km j’ai déjà pas mal de plis sur l’assise. Bon, OK, je ne suis pas un poids plume, mais habituellement mes sièges sont moins marqués à ce kilométrage. J’espère que l’aspect ne va pas se dégrader encore plus. Pour le moment, je n’ai fait aucun entretien du faux cuir, je vais m’en occuper sous peu.

Siège déjà marqué après seulement 20 000km

Siège déjà marqué après seulement 20 000km

Par ailleurs, comme beaucoup de clients Tesla, j’ai été confronté à des défauts de carrosserie à la livraison de ma voiture. A mon avis ils n’auraient pas dû passer le filtre du contrôle qualité usine.

Image

Je pense notamment au défaut de peinture (inclusion) sur le capot qui a nécessité un passage en carrosserie agréée, qui d’ailleurs n’a pas réalisé un travail exempt de tout reproche (sous certaines expositions lumineuses, on perçoit légèrement la zone reprise). Je ne comprends pas pourquoi sur une voiture neuve à ce prix, on ne m’a pas directement dit « on vous change le capot ».

3 superbes écran à l’ergonomie perfectible :

Les Model S et X sont équipées de 3 écrans magnifiques. On ne peut pas les louper en pénétrant dans l’habitacle. Leur définition et leur netteté sont au top. La réactivité des écrans tactiles est incroyable, l’utilisation est hyper fluide. Mais j’ai quand même quelques reproches à faire sur l’expérience utilisateur avec de chacun d’entre eux :

  • L’écran principal est un peu trop grand, ou pas idéalement placé. En effet, il est parfaitement centré sur le tableau de bord, et comme il est très grand (17 pouces je crois), la partie inférieure gauche est masquée par le volant. Cela oblige à se décaler un peu de sa position de conduite pour voir la zone d’écran concernée. Heureusement qu’il est possible de paramétrer la position des différentes fenêtres (musique, instructions de navigation…), et que le menu « voiture » peut être atteint en swipant sur l’écran à partir du bord gauche.
  • Je suis très content également d’avoir retrouvé un écran derrière le volant avec cette model S. J’apprécie d’avoir les infos primordiales sous les yeux (vitesse, visualisation de la circulation, instructions GPS). En revanche, cet écran n’est pas paramétrable, et je trouve cela regrettable. J’aurai par exemple aimé pouvoir y afficher quelques infos relatives à ma consommation (sans même parler de capacités complètes de personnalisation comme dans une Audi équipée d’un Virtual Cockpit par exemple).
  • Mes enfants se réjouissaient aussi d’avoir un écran à l’arrière. Rien à redire sur la gestion de la clim, mais pour le reste ce n’est pas encore complètement au point. Avec la musique, ils peuvent seulement gérer le volume et passer au morceau suivant/précédent. Impossible de naviguer dans Spotify / Apple music ou les radios comme sur l’écran avant.

Image

Depuis la récente MAJ de Noël 2023, ils peuvent enfin connecter leurs casques Bluetooth à l’écran arrière, pour profiter des médias (youtube, Disneyplus…). Auparavant, le son était diffusé dans toute la voiture (mal de tête assuré pour les parents).

Les jeux de l’application « Arcade » sont désormais dispo sur l’écran arrière, mais les manettes doivent encore être connectées dans la boite à gant via un dongle car l’écran arrière ne peut prendre en charge que 2 équipements bluetooth (et que les 2 prises USB-C sous l’écran ne servent qu’à recharger). On progresse avec cette mise à jour, mais ce n’est pas encore parfait.

Hardware 4 : quels apports ?

Vous le savez tous, le HW4 permet d’embarquer une capacité de calcul bien supérieure, et des caméras d’une meilleure résolution. Alors en effet, les images sont plus belles et plus précises. Les couleurs sont plus réalistes. Comme déjà évoqué ci-dessus, l’écran central est d’une fluidité parfaite.

Mais à part cela, je ne vois pas de révolution. Par exemple, je n’ai pas perçu d’avancée majeure en terme de comportement en autopilot entre ma précédente Model 3 (en HW3) et cette Model S. J’ai toujours cet effet de correction de cap quand je double un camion sur Autoroute (précisément au moment où la caméra de montant perd la visualisation du camion et que le relais est pris par la caméra d’aile).

Quant à Tesla Vision, eh bien ce n’est pas tout à fait une réussite… je ne vais pas relancer le débat USS/Tesla Vision car on on parle suffisamment souvent sur le forum. Je dois quand même concéder que la mise à jour de Noel (encore elle !) a apporté un plus en terme de visualisation au stationnement. Mais il faut encore améliorer la détection des obstacles via la caméra avant.

Avec le recul, est-ce que j’achèterais la même voiture ?

En conclusion, s’il fallait recommencer aujourd’hui, eh bien j’achèterai à nouveau une Model S. D’ailleurs je ferais une meilleure affaire car elle est 10 000 Euros moins cher.  Comme toutes les Tesla elle n’est pas parfaite, mais elle en donne beaucoup (performances, efficience, expérience à bord) pour un tarif compétitif par rapport à la concurrence.

.